Lorsque j’évoque la masse de travail que représente le festival d’Avignon pour un comédien, j’ai régulièrement un retour amusé du style : « Ça va tu joues une heure et demi par jour et le reste tu fais la fête. » Petite journée d’un comédien à l’usage des néophytes :

– Lever, petit-déjeuner, toilette

– Maquillage, habillage en costume pour la parade (tractage en costume dans les chaudes rues d’Avignon)

– Parade

– Démaquillage

– Préparation du repas, déjeuner, vaisselle

– Maquillage, habillage en costume pour le spectacle

– Installation des décors (il faut installer les décors tous les jours, les théâtres accueillant une dizaine de spectacles quotidiennement, on ne peut laisser les décors sur scène. Les décors sont en général sobres ou construits comme des Lego)

– Jeu

– Démontage des décors (les créneaux entre deux spectacles sont d’environ quinze minutes)

– Maquillage, habillage en costume pour la parade (les costumes de parade sont en général différents de ceux du jeu pour des raisons évidentes de propreté et de jeu)

– Parade

– Démaquillage

– Courses

– Lessive des costumes et personnelle

– Préparation du repas, dîner, vaisselle

– Coucher

Le lendemain, rebelote, et ce pendant un mois. Cette journée-type est bien entendu modulable en fonction des horaires de jeu. Mais seul l’ordre change. À ce programme s’ajoutent aussi les affichages (comme quand, ces derniers jours, le mistral s’est amusé à arracher les affiches), les éventuelles répétitions, les rendez-vous professionnels, les relances presses et programmateur, la communication, les interviews (quand on les obtient), les spectacles à aller voir et aussi (enfin) quelques fêtes.

Petit jeu : Chez vous, amusez-vous à réorganiser la journée-type selon les exemples suivants :

  • Je suis un comédien pour spectacle pour enfant, je joue à 9h50
  • Je suis un chanteur de comédie musicale et je joue à 12h20
  • Je suis un danseur pour une pièce classique et je joue à 20h15.