J’ai déjà évoqué sur ce blog, ainsi que dans mon livre « Sur le front d’Avignon » le travail de la Cie Thespis. Cette saison j’ai la joie de rejoindre l’équipe pour leur toute nouvelle création collective Seul(s) au monde (titre provisoire). L’occasion pour moi de découvrir de l’intérieur le travail de cette compagnie sous la houlette du metteur en scène Thaï-Son Richardier. J’ai ainsi eu le plaisir de retrouver mon acolyte Loïc Bonnet avec qui j’avais joué Néron le romaine de Michel Heim (déjà) et partagé bien plus. J’ai aussi pu découvrir deux comédiens Amandine Barbier et Benoit Ferrand dont j’avais déjà pu admirer le jeu sur scène et dont la qualité s’est largement confirmé sur le plateau.

Avec la bienveillance dont ils ont fait part à mon égard et cette volonté commune d’expérimenter de nouvelles choses, j’ai pu facilement m’associer avec ses trois personnalités, a leurs trois couleurs de jeu très différentes et ô combien complémentaires. Une nécessité au regard de l’ambition du projet, puisqu’il s’agit avant tout de faire naitre du plateau des situations magnifiques, étranges, questionnantes parfois dérangeantes et souvent drôles autour de cette vaste question de(s) solitude(s). Ainsi à la base d’improvisation, parfois nourries de longues discussions ou simplement issues d’une phrase laconique en guise de mise en situation, les saynètes s’écrivent dans l’instant, se construisent, sont démontées, déstructurés, pour être de nouveau digérées et puis encore et encore rejouées. Ainsi passés au tamis, la volonté est d’en extraire le suc de chacune.

Et afin d’alimenter, nos improvisations les résidences et les inter-résidences sont émaillées çà et là de nombreuses et riches rencontres avec différents intervenants nous offrant un témoignage sur leur pratique ou leur recherche (psychologues d’entreprises, chercheurs, aide soignants…). En guise de rencontre cette semaine à été particulière, car volonté étaient de trouver d’autres comédiennes pour collaborer sur ce projet. Ainsi, Aude Carpintieri (avec lequel j’ai également joué dans Néron, puis Orgie romaine), Jason Ciarapica et Mellie Melzassard se sont prêtées avec générosité et un certain talent à l’exercice compliqué d’une « résidence-audition ». Si le thème de la création est la solitude, elle m’offre ironiquement de belles rencontres !

Ravi en tout cas d’être partie prenante à cette création collective avec une aussi solide ambition. Heureux de cette vraie prise de temps, de risque et de cette volonté de se laisser toujours surprendre, de laisser venir les choses et ce jusque dans les représentations. Hâte de poursuive et de découvrir les prochaines surprises justement qui nous attendent.

 

 

Dates à venir

Le 27 avril 2018 Sortie de résidence – Théâtre de Gleizé (69) 14h30

Le 26 mai 2018 Sortie de résidence – Salle des fêtes de Sathonay-camp (69) 14h30