Suite à mon billet sur mon blog racontant la surprenante affaire qui a secoué la sortie de mon livre A qui profite le Kir® ?. Le Journal Le Bien public m’a interviewé par téléphone et a également contacté la société Lejay-Lagoute.

Le billet en question

Quant une marque interdit la sortie d’un roman

Ce que dit l’article du bien public :

QUAND LE KIR JOUE UN MAUVAIS TOUR A UN ROMANCIER LYONNAIS

Le blanc­-cassis de la mai­son Lejay Lagoute est le seul à avoir le droit d’utiliser librement le nom de famille du Chanoine Kir.

« Quand  une marque interdit la sortie d’un roman. » Voici le titre du billet publié le 31 août par Gaël Dubreuil sur son blog personnel. Une accusation mensongère selon la société dijonnaise Lejay Lagoute (lire ci-contre).
En tout cas, l’auteur lyonnais du thriller À qui profite le Kir® ?, sorti chez AO éditions, n’a pas digéré cette histoire. « Reste un peu de colère, pas mal d’amertume quant à la sortie ratée et toujours cette incompréhension. En quoi mon roman a pu porter préjudice à la société Lejay Lagoute ? Était-il bien nécessaire d’envoyer immédiatement une si agressive mise en demeure ? Une marque peut-elle interdire au nom du commerce une œuvre de fiction ? Et tant d’autres questions. »

Ajout d’un ® dans le titre et d’une note au début du roman

Petite remontée dans le temps. En novembre 2014, après une année de travail, Gaël Dubreuil, qui écrit d’habitude des pièces de théâtre et des contes pour enfants, est fier de donner naissance à son premier roman. « J’ai vite déchanté… Au bout de dix jours, mon éditeur me téléphone. La voix grave, il m’annonce qu’il va devoir suspendre la sortie du livre, sa communication et va s’occuper sous peu de retirer les exemplaires en librairie. La raison : une mise en demeure de la société Lejay Lagoute, propriétaire de la marque déposée Un K i r ® e t L e Kir® ! »
Gaël Dubreuil juge cette réaction « agressive et surprenante ». « Je suppose que la société a peur de perdre sa marque. Mais je ne veux pas vendre d’apéritif, j’utilise simplement le terme dans une fiction ! Lejay Lagoute m’a donc reproché l’emploi du terme, déposé, Kir® pour désigner un apéritif ainsi que la description de la recette du blanc-cassis, à base de bourgogne aligoté. Or, elle peut être réalisée par tout type de vins blancs. »
Débute alors une procédure juridique entre l’avocat de l’éditeur et la société dijonnaise. L’accord prévoit finalement l’ajout, lors du prochain tirage, d’un ® sur la couverture et d’une note : « À la demande des établissements Lejay Lagoute, les éditions AO rappellent que les termes “Un Kir®” et “Le Kir®” sont des marques déposées ». Pas découragé pour autant, ce jeune auteur lyonnais, également comédien, a déjà en tête le projet d’un autre thriller.
Il avoue qu’il « n’aurait jamais cru se retrouver au cœur d’une telle affaire en écrivant ce livre. J’avais plutôt envie qu’il passionne par son contenu. Il s’agit d’un thriller humoristique, où une société secrète meurtrière défend un apéritif populaire et sa recette pure, à base de bourgogne aligoté et de cassis. Les membres se mettent à tuer les barmans qui ne respectent pas la recette. Une sorte de Da Vinci Code de l’apéro. À lire sans modération. »

LEJAY LAGOUTE : « NOUS N’AVONS PAS INTERDIT LA COMMERCIALISATION DU LIVRE MAIS NOUS ÉTIONS OBLIGÉS DE PROTÉGER NOTRE MARQUE »

« Nous sommes surpris de la violence de cet article sur le blog de l’auteur. Nous passons pour le géant qui veut écraser le petit. Pourtant, nous n’avons pas été méchants et je rappelle que nous ne sommes que 60 salariés », se défend Olivier Melis, directeur général de Lejay Lagoute.
En novembre dernier, la société dijonnaise reçoit un courrier de l’éditeur de Gaël Dubreuil, auteur de À qui profite le Kir® ?, accompagné d’un exemplaire, indiquant la sortie imminente de l’ouvrage et l’invitant à offrir des exemplaires à ses clients si elle le souhaite.
« L’éditeur et l’auteur étaient donc au courant que la marque était déposée ! On aurait même pu croire que c’était une manière de nous narguer. Nous avons seulement voulu faire appliquer le Code de la propriété intellectuelle, en envoyant une lettre recommandée », ajoute Françoise Tribouley, assistante de direction, chargée des affaires juridiques. Si la forme a paru brutale aux yeux de l’auteur, la société se défend d’avoir traité juridiquement ce dossier. Il a donc exigé l’ajout d’un petit ® en couverture et d’une note en début d’ouvrage.
« C’est faux, nous n’avons pas interdit le livre. L’éditeur l’a peut-être retiré quelques semaines par crainte. Nous avons même accepté l’ajout d’un encart papier sur les livres du premier tirage. Mais c’est une réalité économique, nous étions obligés de protéger notre marque. Un concurrent aurait pu ensuite nous attaquer et tenter de commercialiser un produit sous le même nom. »
En 1951, le Chanoine Kir, ancien maire de Dijon, a donné l’autorisation à Lejay Lagoute d’utiliser son nom, à titre de marque, pour un mélange de vin blanc et de crème de cassis. La société a déposé les marques Un Kir® et Kir royal®. « Nous sommes en veille sur le net. Nous regardons certaines revues, mais nous n’avons pas les moyens humains d’écrire à tous les bars ou restaurants qui ne jouent pas le jeu. »

Quand le Kir® se retrouve sur la pochette d’un album 

Ironie du sort, il y a quelques semaines, un chanteur de la région parisienne, d’origine congolaise, a contacté la société Lejay Lagoute pour une histoire similaire. « Il vient de nous renvoyer la maquette définitive de son album, Le cassis de mon Kir®, en respectant le dépôt de marque. Nous n’avons rien contre cet auteur, nous sommes prêts à le rencontrer. Nous pourrions l’attaquer pour diffamation mais nous ne voulons pas de polémique supplémentaire », conclut Olivier Melis, qui préfère rappeler que la maison Lejay Lagoute a reçu cet été le titre de meilleur spiritueux du monde pour sa crème de cassis noir de Bourgogne.

ALEXANDRE PSALTOPOULOS

Après cet article, petites réflexions / réactions / réconciliation ? :

Je suis heureux de pouvoir mettre un visage sur la société Lejay-Lagoute, depuis le début je déplore de n’avoir eu comme premier et seul contact avec eux que la mise en demeure envoyée à mon éditeur. Souvent je pense, qu’il aurait suffi de leur part qu’un seul coup de téléphone, un mail, au lieu de toute cette l’artillerie juridique, peut-être que cette vaine et absurde histoire n’aurai pas eu lieu.

A la surprise des dirigeants de la Société Lejay-Lagoute devant le fait qu’ils « passent pour les méchants de l’histoire », je les invite simplement à relire la lettre recommandée. Le ton employé, les formules, sans parler du fond, suffiront je pense à répondre à cette interrogation. De même, s’il est vrai que le livre n’a finalement été que suspendu (et c’est déjà beaucoup), l’intention de la mise en demeure à ce propos était, je crois, très claire : « Nous vous demandons de cesser immédiatement la distribution de l’ouvrage, de retirer de la vente les différents exemplaires et également de cesser toute promotion et communication autour de l’ouvrage. »

Pour autant, je suis tout à fait disposé à rencontrer les dirigeants de Lejay-Lagoute. Encore une fois, je n’ai jamais rien eu contre cette marque, je me suis contenté d’écrire un roman policier humoristique qui met à l’honneur la recette originale de blanc-cassis. Je suis heureux de lire que de leur côté, les représentants de Lejay-Lagoute envisagent cette possibilité.

Je souhaite également que cette affaire s’apaise (je n’arrive toujours pas à comprendre pour quelle raison elle a commencé). Si j’ai eu besoin d’exprimer cette histoire douloureuse pour moi, je désire seulement être lu et apprécié des lecteurs. J’invite Lejay-Lagoute à découvrir mon thriller de cette manière et serais intéressé pour déguster un Kir® préparé avec une de leurs célèbres crèmes de cassis et du bourgogne aligoté. L’occasion d’un apéro de la paix ?

Gaël Dubreuil

Pour aller plus loin :